Category Archive

Tennis professionnel

Vidéo : résumé Garcia/ Osorio
  • février 5, 2023

Sophie Rosales – Publié le 05/02/2023

Retrouvez en images les meilleurs moments de la seconde 1/2 finale du tournoi  WTA 250 de Lyon qui s’est disputée ce samedi entre Caroline Garcia (5ème WTA) et la Colombienne Camila Osorio (73ème WTA).

Source Tennis Leader

La réaction d’Adrian Mannarino en vidéo
  • février 4, 2023

Source Fédération Française de Tennis

Hongrie-France, le tirage au sort en images
  • février 2, 2023

Source Fédération Française de Tennis

« Sabalenka a enfin franchi le pas, espérons que Garcia en fasse de même en Grand Chelem »
  • février 2, 2023

Tennis

La victoire d’Aryna Sabalenka à l’Open d’Australie a fait souffler un nouveau vent de fraîcheur sur le circuit féminin, montrant de nouveau que les Grands Chelems ne sont pas des terrains de chasse réservés qu’à une portion congrue de joueuses. Dans DiP Impact, Arnaud Di Pasquale et ses acolytes espèrent maintenant que le tour de Caroline Garcia finira par arriver dans une saison WTA palpipante.

00:04:43, il y a un jour

Source Eurosport

L’affiche 2023 dévoilée
  • février 1, 2023

Sophie Rosales – Publié le 01/02/2023

Chaque année depuis 1980, la Fédération Française de Tennis associe l’art contemporain au tournoi de Roland-Garros en confiant la réalisation de l’affiche du tournoi à un artiste. Au terme d’un processus de sélection, la FFT a choisi le jeune plasticien Maxime Verdier pour concevoir celle illustrant le tournoi de Roland-Garros 2023, qui se déroulera du 22 mai au 11 juin. Âgé de 31 ans, Maxime Verdier, diplômé de l’Ecole supérieure d’art Le Havre-Rouen et de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts de Paris, propose « une oeuvre empreinte de poésie intitulée Terre d’étoiles qui laisse place à l’imagination. Avec son univers pictural et toute sa sensibilité, il exprime à travers ce dessin sa vision du Grand Chelem parisien ». A vous de juger.


© Maxime Verdier – FFT 2023
 

Source Tennis Leader

Cuenin, Dodin et Barrère brillent à domicile
  • janvier 30, 2023

Source Fédération Française de Tennis

22ème titre en GC pour Djokovic !
  • janvier 29, 2023

Richard Alvear – Publié le 29/01/2023

C’est fait ! Sans la moindre surprise et un suspense tout relatif, Novak Djokovic (5ème ATP) est encore un peu plus rentré dans l’histoire du tennis ce dimanche en remportant un 22ème titre en Grand Chelem, ce qui lui permet d’égaler Rafael Nadal (2ème ATP) au nombre de titres remportés en majeurs. Et par la même occasion, le Serbe fait coup double puisque ce lundi il va redevenir N°1 mondial. Opposé à Stefanos Tsitsipas (4ème ATP), contre qui il menait déjà 10/ 2 dans les face à face et qu’il avait déjà battu en finale de Roland Garros en 2021 alors qu’il était mené 2 sets 0, Djokovic l’a donc emporté logiquement en 3 sets (6/3 7/6(4) 7/6(5)) et 3h00 de jeuGrandissime favori pour un 10ème titre à Melbourne, le Serbe breakait quasiment d’entrée dans le 4ème jeu pour prendre la tête et finalement ne plus la lâcher. A l’exception, un peu, du second set où le Grec, conscient qu’il ne faisait pas assez mal au Serbe, mettait plus d’intensité. Au point qu’il se procurait même une balle de second set à 5/4 en sa faveiur et sur service adverse…mais magnifiquement sauvée par le nouveau N°1 mondial qui vissait parfaitement son coup droit accéléré. En un coup, le match était résumé. Pas assez « tueur » sur ses rares opportunités, Tsitsipas n’avait pas les moyens d’inquiéter plus le Serbe; D’autant que le Grec réalisait un mauvais tie-break à 5 fautes directes ! Menant 2 sets 0, Djokovic se déconcentrait un peu en étant breaké d’entrée de 3ème set mais il rectifiait immédiatement et revenait au score. Au terme d’un scénario identique au 2ème set, le Serbe concluait au tie- break du 3ème set, avec seulement 22 fautes directes au compteur. Imparable !

Source Tennis Leader

De l’excitation à l’ennui, histoire d’une quinzaine à sauver
  • janvier 28, 2023

Il en va des tournois du Grand Chelem comme des grands vins : certains millésimes, exceptionnels, laissent un souvenir impérissable à la dégustation et traversent l’histoire. D’autres se consomment sans déplaisir mais il leur manque ce petit plus qui suscite la fascination. Un Grand Chelem n’est jamais une piquette bonne à jeter au tri sélectif. C’est toujours un évènement majeur, comme sa définition l’indique, et il y a toujours quelque chose à en tirer. Des matches, des émotions, une portée historique, parfois. Mais il peut laisser un goût d’inachevé.

C’est le cas, pour l’instant, de cet Open d’Australie 2023, particulièrement dans son édition masculine. Elle avait suscité une attente incontestable. Parce que Novak Djokovic était de retour. Parce que Rafael Nadal était là pour défendre son titre. Parce que Carlos Alcaraz allait pour la première fois s’aligner dans un Majeur en tant que numéro un mondial. Parce qu’on avait hâte de voir ce dont Holger Rune était capable ici après avoir ébloui Bercy. Parce que l’idée de voir le « nouveau » Nick Kyrgios, ambitieux et concerné, foutre le feu au public de Melbourne et possiblement la zizanie dans le tableau ne manquait pas d’allécher. Les « vieilles » légendes, l’ancienne NextGen, les « teenagers », ils étaient tous là et cela donnait sacrément envie.

Mais rien ne s’est bien goupillé dans cette histoire. On aurait aimé voir Alcaraz et Kyrgios mais ils ont quitté la scène avant même d’y monter. Nadal n’était pas Nadal. Medvedev n’est plus Medvedev et il est trop tôt pour que Zverev redevienne Zverev. Auger-Aliassime se cherche (nous aussi, on le cherche), Ruud s’est troué, Fritz aussi, et Rune a buté sur Rublev juste avant le remake de sa finale du Rolex Paris Masters contre Djokovic. Et ainsi de suite. Cela fait beaucoup et sans doute trop pour que cette quinzaine puisse posséder l’étoffe qu’elle promettait.

Open d’Australie

Sabalenka et le syndrome de l’imposture : « Je me sentais pas légitime, je n’étais personne »

IL Y A 2 HEURES

Cet « Australian » a eu ses moments. Même achevée au troisième tour, la petite épopée d’Andy Murray restera dans les mémoires. La nouvelle vague américaine a apporté sa dose de fraîcheur et une promesse d’avenir. Le Tsitsipas-Sinner a valu le détour. Le Rublev-Rune aussi, dans son genre. Et quelques autres. Mais comparé au dernier US Open par exemple, pour ne pas avoir à remonter bien loin, ce tournoi fait pâle figure. Ici, rien qui soit de nature à se dire dans dix, vingt ou trente ans « Tu te souviens de l’Open d’Australie 2023, avec tous ses matches complètement dingues ? ».

Une bataille titanesque et l’obstination de Murray a payé : les temps forts de son succès

A cet égard, le parcours de Novak Djokovic jusqu’à la finale apparaît presque caricatural. Il s’est promené, le « Nole », avec une succession de sparring-partners aussi inoffensifs que sympathiques. C’est dire à quel point ils sont sympathiques… Heureusement que le feuilleton de sa cuisse a un peu fait parler, au moins en première semaine, car sur ses matches, il n’y a pas eu grand-chose à raconter. Nous sommes loin du souffle épique de sa conquête parisienne à Roland-Garros en 2021, ou même du dernier Wimbledon, où il avait été menacé par Jannik Sinner. On aurait même pris une opposition à la Cameron Norrie en demi-finale, même si elle n’a rien eu de transcendantale. Les fans du « Djoker » ont plus que probablement apprécié et on les comprend. Les fans de tennis, qui ne vivent pas qu’à travers une idole, sans doute moins.

Que ce soit clair, Novak Djokovic n’y est pour rien. Il fait son travail et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il le fait bien. Mieux que personne, même. Le Serbe survole ses matches et personne ne lui reprochera d’être aussi fort qu’il ne l’est. Les autres ne sont pas à la hauteur ? Tant pis pour eux. Pour nous aussi, un peu, quand même. Mais ce n’est pas un reproche envers Djokovic. Un regret, plutôt, face à la faiblesse de la concurrence qui s’est présentée devant lui.

Djokovic n’a laissé que des miettes à Paul : Les temps forts du match

Sans surplomber avec la même marge sa moitié de tableau, Stefanos Tsitsipas n’a pas été beaucoup plus menacé, en dehors de son huitième de finale face à Jannik Sinner. « Djokovic – Tsitsipas, la finale (trop ?) évidente », avions-nous titré en début de semaine à la lisière des quarts de finale. Quelques jours plus tard, nous y voilà et les deux hommes y ont accédé avec une facilité déconcertante pour l’un, une tranquillité certaine pour l’autre.

Maintenant, c’est sur eux que repose le dernier espoir. Qu’ils nous offrent quelque chose d’inoubliable dimanche sur la Rod Laver Arena. Un tournoi ne se définit pas que par sa finale, mais elle peut y contribuer plus que n’importe quel autre des 127 matches du tableau. Qui se souvient à quoi avait ressemblé le Roland-Garros 1984 avant la finale de légende entre Lendl et McEnroe ? Idem pour le Wimbledon 2008 ou l’Australie 2012. Et d’autres.

Quoi qu’il arrive, cette finale entre Novak Djokovic et Stefanos Tsitsipas aura une portée non négligeable, avec le possible 22e Majeur du Serbe ou la grande première du Grec, place de numéro un sur la table en prime pour les deux. Convenons-en. Au risque de faire un peu les difficiles, on a pourtant envie d’en demander plus. L’Histoire, c’est beau. Les stats, c’est intéressant. Mais l’émotion emporte tout. C’est elle qui, jusqu’ici, a trop souvent manqué à cette quinzaine. Messieurs, sauvez-là. On compte sur vous.

Djokovic : « 15 ans après ma première finale, je n’aurais pas pu imaginer où j’en suis aujourd’hui »

Open d’Australie

« Dingue ! » : Balle de match XXL en double et nouveau sacre australien

IL Y A 3 HEURES

Open d’Australie

Hijikata/Kubler – Nys/Zielinski – Les temps forts du match – Open d’Australie

IL Y A 3 HEURES

Source Eurosport

Vidéo : highlights Sabalenka/ Linette
  • janvier 26, 2023

Richard Alvear – Publié le 26/01/2023

Revivez en images les temps de la seconde demi-finale du tableau dames de simple de l’Open d’Australie qui s’est disputée ce jeudi midi avec la victoire en deux sets d’Aryna Sabalenka (5ème WTA) sur Magda Linette (45ème WTA).

Source Tennis Leader

Mikaël Laurent, sourd et malentendant, dispute l’Open d’Australie
  • janvier 26, 2023

Source Fédération Française de Tennis